Protection du client

Veuillez trouver ci-dessous quelques informations concernant les « règles de conduite AssurMiFID » [1] :

 
Notre bureau

«Dans le cadre du respect de la loi du 30 juillet 2013 et de ses arrêtés royaux, notre bureau vous communique les informations suivantes » :

 

 Notre bureau est inscrit dans la catégorie des courtiers d’assurances dans le registre des intermédiaires d’assurances tenu par la FSMA dont le siège est situé Rue du Congrès 12-14 à 1000 Bruxelles consultable sur le site www.fsma.be. »

 

Union Financière sprl

 

Avenue Franklin Roosevelt 143 bt 2 
1050 Bruxelles-Ville

 

Numéro de téléphone: 02/675 33 34 
Fax: 02/660.79.46 
Email: info@unionfinanciere.be

 

 

 Les modes de communication utilisés entre notre bureau et la clientèle sont le courrier, le téléphone, l’email et le site internet 

 La langue utilisée par notre bureau est principalement le français .

 Notre bureau agit au mieux de vos intérêts.  En cas de problème ou de question, nous nous tenons à votre disposition.           

 Si vous aviez une plainte concernant une prestation de service que nous n’avons pas pu régler ensemble, vous pouvez contacter le Service Ombudsman Assurances dont le siège est situé Square de Meeûs 35 à 1000 Bruxelles -   

Tél. 02/547.58.71 - Fax. 02/547.59.75 - info@ombudsman.as - www.ombudsman.as

Produits et services proposés

 

« Notre bureau offre des services d’intermédiation en assurances. Ces services consistent à fournir des conseils sur des contrats d'assurance, à présenter ou à proposer des contrats d’assurance ou à réaliser d’autres travaux préparatoires à leur conclusion ou à les conclure, ou à contribuer à leur gestion et à leur exécution. Notre bureau exerce ses activités dans les branches suivantes :

1. Accidents – 2. Maladie – 3. Corps de véhicules terrestres, autres que ferroviaires – 4. Corps de véhicules ferroviaires – 5. Corps de véhicules aériens – 6. Corps de véhicules maritimes, lacustres et fluviaux – 7. Marchandises transportées, y compris les marchandises, bagages et tous autres biens – 8. Incendie et éléments naturels – 9. Autres dommages aux biens – 10. R.C. véhicules terrestres automoteurs – 11. R.C. véhicules aériens – 12. R.C. véhicules maritimes, lacustres et fluviaux – 13. R.C. générale – 14. Crédit – 15. Caution – 16. Pertes pécuniaires diverses – 17. Protection juridique – 18. Assistance – 21. Assurances sur la vie non liées à des fonds d'investissement à l'exception des assurances de nuptialité et de natalité – 22. Assurances de nuptialité et de natalité non liées à des fonds d'investissement – 23. Assurances sur la vie, assurances de nuptialité et de natalité liées à des fonds d'investissement – 24. L'assurance pratiquée en Irlande et au Royaume-Uni, dénommée "permanent health insurance" (assurance maladie, à long terme, non résiliable) – 25. Les opérations tontinières – 26. Les opérations de capitalisation – 27. Gestion de fonds collectifs de retraite – 28. Les opérations telles que visées par le Code français des assurances au livre IV, titre 4, chapitre Ier – 29. Les opérations dépendant de la durée de la vie humaine, définies ou prévues par la législation des assurances sociales, lorsqu'elles sont pratiquées ou gérées en conformité avec la législation d'un Etat membre par des entreprises d'assurances et à leur propre risque.

Vous trouverez ci-après les types de contrats d’assurance  que notre bureau peut proposer ainsi que les conditions/couvertures y relatives. => lien vers le « sector catalog » - www.sectorcatalog.be/legal?language=1 (1=FR ,2=NL).

Des informations concernant la description de la nature et des risques liés aux assurances d’épargne et d’investissement sont disponibles sur les fiches info financière assurance-vie et en cliquant sur les liens ci-après : branche 21 (http://www.wikifin.be/fr/thematiques/epargner-et-investir/assurance-vie-branche-21/assurance-epargne) – branche 23 http://www.wikifin.be/fr/thematiques/epargner-et-investir/produit-dassurance-vie-de-la-branche-23/assurer-et-placer) . »

Notre rémunération

Pour les services d’intermédiation en assurances prestés, notre bureau est rémunéré sous la forme de commissions.

Notre bureau peut en outre percevoir une rémunération liée au portefeuille d’assurances auprès d’une entreprise d’assurances déterminée ou aux tâches effectuées pour son compte  par notre bureau.
Pour plus d’information, veuillez-vous reporter à l’espace client de notre site internet ou contactez notre bureau 

 

La politique de rémunération du personnel de notre bureau ou toute autre personne qui y est liée (ex. un sous-agent) respecte cette obligation. Aucune disposition n’est prise sous forme de rémunération, d’objectifs de vente ou autre qui pourrait encourager à recommander un produit d’assurance particulier à un client alors qu’un autre produit d’assurance qui correspondrait mieux aux besoins du client pourrait être proposé. Dans ce cadre, notre bureau a mis en place la politique de rémunération suivante :

 

1. RÉMUNÉRATION

 

Deux possibilités (à choisir) :

 

 

Notre bureau rémunère uniquement sur base d’une rémunération fixe qui n’est pas liée à la réalisation d’objectifs commerciaux.

 

 

 

 

ou

 

 

Notre bureau travaille avec des rémunérations fixes et variables. Lorsque notre bureau accorde une rémunération variable, il veille à ce que :

 

  • la rémunération variable ne porte pas atteinte aux intérêts des clients ;

  • la rémunération variable constitue une partie limitée de la rémunération totale ;

  • la rémunération variable n’est pas calculée sur base de la réalisation d’objectifs dans le cadre de la vente de produits particuliers mais sur la base de l’ensemble des activités ;

  • des critères qualitatifs tels que la conformité aux règles de conduite, la qualité des services fournis aux clients et/ou la satisfaction de ces derniers soient respectés ;

  • (Uniquement si votre bureau est actif dans le 4ème pilier – produit d’investissement fondé sur l’assurance : la rémunération variable n’encourage pas la prise de risque excessive en matière de durabilité.)

S’il apparaît que les intérêts du client n’ont pas été respectés, la rémunération variable sera restituée et les mesures qui s’imposent seront prises à l’égard de la personne concernée.

 

 

 

 

2. INCENTIVE (AVANTAGE NON MONÉTAIRE)

 

 

Notre bureau n’accorde pas d’incentive.

 

 

 

 

ou

 

 

Notre bureau accorde des incentive avec la politique stricte suivante :

  • l’incentive ne porte pas atteinte aux intérêts des clients ;

  • l’incentive ne se rapporte pas à un produit ou à une gamme restreinte de produits (le produit du mois est interdit) ;

  • la valeur de l’incentive est limitée et raisonnable ;

  • la période prise en considération pour l’attribution de l’incentive est suffisamment longue ;

  • (Uniquement si votre bureau est actif dans le 4ème pilier – produit d’investissement fondé sur l’assurance : l’incentive n’encourage pas la prise de risque excessive en matière de durabilité.)

 

S’il apparaît que les intérêts du client n’ont pas été respectés, l’incentive ou le cas échéant sa valeur sera immédiatement restitué(e) et les mesures qui s’imposent seront prises à l’égard de la personne concernée.

 

 


3. OBJECTIFS COMMERCIAUX

 

Notre bureau ne fixe pas d’objectifs commerciaux.

 

 

 

 

ou

 

 

Notre bureau fixe des objectifs commerciaux avec la politique stricte suivante :

  • l’objectif commercial ne porte pas atteinte aux intérêts des clients ;

  • l’objectif commercial ne se rapporte pas à un produit ou à une gamme restreinte de produits (le produit du mois est interdit) ;

  • le montant lié à l’atteinte de l’objectif commercial est limité et raisonnable ;

  • la période prise en considération pour l’attribution des objectifs commerciaux est suffisamment longue ;

  • (Eventuellement : l’objectif commercial n’est pas lié à une performance individuelle mais est le résultat de l'effort commun;)

  • (Uniquement si votre bureau est actif dans le 4ème pilier – produit d’investissement fondé sur l’assurance : l’objectif commercial n’encourage pas la prise de risque excessive en matière de durabilité.)

 

 

 

Notre politique de conflits d'intérêts

1. CADRE GENERAL

1.1. L’arrêté royal du 21 février 2014 relatif “aux règles de conduite et aux règles relatives à la gestion des conflits d'intérêts, fixées en vertu de la loi, en ce qui concerne le secteur des assurances” prévoit notamment l’obligation pour les intermédiaires d’assurances d’établir, de mettre en œuvre et de garder opérationnelle une politique efficace de gestion des conflits d’intérêts qui doit être fixée par écrit.

1.2. Des conflits d’intérêts peuvent intervenir entre :

  • l’intermédiaire d’assurances (personne physique ou morale en ce compris toute personne qui lui est liée comme notamment les administrateurs, les gérants, les personnes qui exercent un contrôle sur l’entreprise, les salariés impliqués dans la prestation de services d’intermédiation en assurances et les sous-agents – ci-après “les personnes liées) et les clients,

  • les clients entre eux.

1.3. Sur base de ce qui précède et des spécificités de nos activités, notre bureau a élaboré une politique de gestion en matière de conflits d’intérêts dont le contenu est repris dans le présent document. Une version résumée de cette politique est disponible sur le site internet de notre bureau.

2. IDENTIFICATION DES CAS DE CONFLITS D’INTERÊTS POTENTIELS ET POLITIQUE DE GESTION DE NOTRE BUREAU

Tenant compte des caractéristiques de notre bureau, une cartographie des cas de conflits d’intérêts potentiels a été élaborée. La politique de gestion ainsi que les mesures concrètes de mise en œuvre sont reprises au regard des différents types de conflits d’intérêts potentiels évoqués. 

CONFLITS D’INTERÊTS DE TYPE A

 L’intermédiaire d’assurances est susceptible de réaliser un gain financier ou d’éviter une perte financière aux dépens du client

Exemples

Politique de gestion

Mise en œuvre

Placement ou déplacement d’une affaire auprès d’une entreprise d’assurances en fonction de la commission

Politique en matière de commissionnement qui tient compte de l’intérêt du client (rapport garantie/prime)  

  • Politique de rémunération

  • Note d’instruction interne

CONFLITS D’INTERÊTS DE TYPE B

L’intermédiaire d’assurances a un intérêt dans le résultat d’un service d’intermédiation en assurances  fourni au client ou d’une transaction réalisée pour le compte de celui-ci qui est différent de l’intérêt du client dans ce résultat

Exemples

Politique de gestion

Mise en œuvre

Commission en fonction :

  • du volume

  • du rapport sinistre/prime

  • de la croissance

Politique en matière de commissionnement qui tient compte de l’intérêt du client (rapport garantie/prime) 

  • Politique de rémunération

  • Note d’instruction interne

Participation, directe ou indirecte, supérieure à 10 % des droits de vote ou du capital :

  • de notre bureau dans une entreprise d’assurances     

  • d’une entreprise d'assurances ou de l'entreprise mère d'une entreprise d'assurances dans notre bureau

Communication au client

Mention dans la fiche – devoir d’info

CONFLITS D’INTERÊTS DE TYPE C

L’intermédiaire d’assurances est incité, pour des raisons financières ou autres, à privilégier les intérêts d’un autre client ou groupe de clients par rapport à ceux du client concerné

Exemples

Politique de gestion

Mise en œuvre

Meilleures prestations de service en faveur de certains clients

Application des principes de conduite éthique : agir d’une manière honnête, équitable et professionnelle qui sert au mieux les intérêts du client

  • Politique de rémunération

  • Note d’instruction interne

Sinistre entre deux clients du bureau

Confidentialité des informations - Mesures limitant les échanges d’informations  entre gestionnaires - Politique de communication adaptée   

  • Note d’instruction interne

  • Procédures relatives à l’accès aux informations contenues dans des dossiers de sinistre auxquels plusieurs clients ayant des intérêts distincts sont impliqués

CONFLITS D’INTERÊTS DE TYPE D

L’intermédiaire d’assurances a la même activité professionnelle que le client

Exemples

Politique de gestion

Mise en œuvre

Exercer la même profession que le client

Application des principes de conduite éthique : agir d’une manière honnête, équitable et professionnelle qui sert au mieux les intérêts du client

  • Communication au client

  • Note d’instruction interne

CONFLITS D’INTERÊTS DE TYPE E

L’intermédiaire d’assurances reçoit d’une personne autre que le client un avantage en relation avec le service d’intermédiation en assurances fourni au client, sous la forme d’argent, de biens ou de services, autre que la commission ou les frais normalement pratiqués pour ce service

Exemples

Politique de gestion

Mise en œuvre

Avantages autres que ceux mentionnés sous les  conflits d’intérêts de type A et B

Application des principes de conduite éthique : agir d’une manière honnête, équitable et professionnelle qui sert au mieux les intérêts du client

  • Note d’instruction interne

 

3. POLITIQUE DE GESTION EN MATIERE DE CONFLITS D’INTERÊTS

Notre bureau suit la procédure suivante en matière de conflits d'intérêts:

 

  

4. INFORMATION AU CLIENT Lorsque les dispositions organisationnelles ou administratives prises par notre bureau pour gérer les conflits d’intérêts ne suffisent pas à garantir, avec une certitude raisonnable, que le risque de porter atteinte aux intérêts du client sera évité, notre bureau informera ceux-ci par écrit ou sur tout autre support durable, avant d’agir en leur nom, de la nature générale et/ou de la source de ces conflits d’intérêts. Le choix final du suivi réservé à la situation qui est à la base du conflit d’intérêt concerné appartient au client.

Si un conflit d’intérêt spécifique ne peut être résolu, notre bureau se réserve le droit de refuser la demande du client concerné et ce, dans le seul but de protéger ses intérêts.

5. SUIVI DE LA POLITIQUE DE GESTION EN MATIERE DE CONFLITS D’INTERÊTS Conformément à la réglementation, notre bureau tient et actualise régulièrement un registre des conflits d’intérêts qui surviennent et qui comportent un risque sensible d’atteinte aux intérêts d’un ou de plusieurs clients. La mention de conflits d’intérêts dans le registre peut conduire à actualiser la liste des conflits d’intérêts potentiels et vice et versa.

Si cela s’avère nécessaire, notre bureau actualise/modifie sa politique de gestion en matière de conflits d’intérêts.

Les personnes liées à notre bureau sont tenues de respecter les instructions internes relatives à la politique en matière de conflits d’intérêts.

Notre Politique de rémunération

Notre bureau agit de manière honnête, équitable et professionnelle et ce au mieux des intérêts de ses clients.

La politique de rémunération du personnel de notre bureau ou toute autre personne qui y est liée (ex. un sous-agent) respecte cette obligation. Aucune disposition n’est prise sous forme de rémunération, d’objectifs de vente ou autre qui pourrait encourager à recommander un produit d’assurance particulier à un client alors qu’un autre produit d’assurance qui correspondrait mieux aux besoins du client pourrait être proposé. Dans ce cadre, notre bureau a mis en place la politique de rémunération suivante :

1. RÉMUNÉRATION

Deux possibilités (à choisir) :

 

Notre bureau rémunère uniquement sur base d’une rémunération fixe qui n’est pas liée à la réalisation d’objectifs commerciaux.

 

 

ou

 

Notre bureau travaille avec des rémunérations fixes et variables. Lorsque notre bureau accorde une rémunération variable, il veille à ce que :

 

  • la rémunération variable ne porte pas atteinte aux intérêts des clients ;

  • la rémunération variable constitue une partie limitée de la rémunération totale ;

  • la rémunération variable n’est pas calculée sur base de la réalisation d’objectifs dans le cadre de la vente de produits particuliers mais sur la base de l’ensemble des activités ;

  • des critères qualitatifs tels que la conformité aux règles de conduite, la qualité des services fournis aux clients et/ou la satisfaction de ces derniers soient respectés ;

  • (Uniquement si votre bureau est actif dans le 4ème pilier – produit d’investissement fondé sur l’assurance : la rémunération variable n’encourage pas la prise de risque excessive en matière de durabilité.)

S’il apparaît que les intérêts du client n’ont pas été respectés, la rémunération variable sera restituée et les mesures qui s’imposent seront prises à l’égard de la personne concernée.

 

 

2. INCENTIVE (AVANTAGE NON MONÉTAIRE)

 

Notre bureau n’accorde pas d’incentive.

 

 

ou

 

Notre bureau accorde des incentive avec la politique stricte suivante :

  • l’incentive ne porte pas atteinte aux intérêts des clients ;

  • l’incentive ne se rapporte pas à un produit ou à une gamme restreinte de produits (le produit du mois est interdit) ;

  • la valeur de l’incentive est limitée et raisonnable ;

  • la période prise en considération pour l’attribution de l’incentive est suffisamment longue ;

  • (Uniquement si votre bureau est actif dans le 4ème pilier – produit d’investissement fondé sur l’assurance : l’incentive n’encourage pas la prise de risque excessive en matière de durabilité.)

 

S’il apparaît que les intérêts du client n’ont pas été respectés, l’incentive ou le cas échéant sa valeur sera immédiatement restitué(e) et les mesures qui s’imposent seront prises à l’égard de la personne concernée.

 


3. OBJECTIFS COMMERCIAUX

Notre bureau ne fixe pas d’objectifs commerciaux.

 

 

ou

 

Notre bureau fixe des objectifs commerciaux avec la politique stricte suivante :

  • l’objectif commercial ne porte pas atteinte aux intérêts des clients ;

  • l’objectif commercial ne se rapporte pas à un produit ou à une gamme restreinte de produits (le produit du mois est interdit) ;

  • le montant lié à l’atteinte de l’objectif commercial est limité et raisonnable ;

  • la période prise en considération pour l’attribution des objectifs commerciaux est suffisamment longue ;

  • (Eventuellement : l’objectif commercial n’est pas lié à une performance individuelle mais est le résultat de l'effort commun;)

  • (Uniquement si votre bureau est actif dans le 4ème pilier – produit d’investissement fondé sur l’assurance : l’objectif commercial n’encourage pas la prise de risque excessive en matière de durabilité.)

[1] Loi du 30 juillet 2013 visant à renforcer la protection des utilisateurs de produits et services financiers ainsi que les compétences de l'Autorité des services et marchés financiers, et portant des dispositions diverses, ainsi que dans l'AR du 21 février 2014 relatif aux modalités d’application au secteur des assurances des articles 27 à 28 bis de la loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers, ainsi qu'à l'AR du 21 février 2014 relatif aux règles de conduite et aux règles relatives à la gestion des conflits d'intérêts, fixées en vertu de la loi, en ce qui concerne le secteur des assurances.